Pourquoi un vélo couché ?

Depuis toujours, j’ai évité de prendre la voiture seul. Pourtant mes boulots étaient rarement à moins de 50 km.
Covoiturage, train, vélo, etc… Appréciant également la lecture, les transports en commun restaient une source de temps libre non négligeable.
J’aime globalement varier les types de transport en les mixant. Mais force était de constater que dès que j’avais besoin d’un peu de souplesse sur les horaires exit le covoiturage ou les transports en commun, j’étais forcé de reprendre la voiture seul.

Gardant toujours ce désir d’indépendance en tête, une rencontre a quelque peu changé ma vie : Guilhem, ce collègue de bureau qui a l’originalité de venir en vélomobile. Comme la plupart des gens, je n’avais jamais entendu parlé de ce mode de locomotion. Après discussions avec Guilhem et recherches internet sur le concept, j’ai été assez vite captivé par le sujet.
Bien sûr, il m’avait également parlé des vélos couchés, mais pour moi, ça restait assez gadget (au premier abord) et surtout inconcevable : équilibre, maniabilité. C’en était presque effrayant… Alors que le vélomobile, véritable tricycle caréné était beaucoup plus rassurant !

Je me serais en fait presque décidé pour un Alleweder A4 pour le côté low cost. Beaucoup de travail pour le monter mais au final, on a un vélomobile de qualité moyenne pour un prix vraiment très bas. Or, Guilhem, qui avait eu un Alleweder A4 était resté autour de moyennes à 32 km/h en forçant alors qu’avec son Quest il est à 35km/h sans suer… Bref, soyons clair, mettre 2700 euros pour un engin qui va plus vite de 3 ou 4 km/h par rapport à mon vélo de course super U d’entrée de gamme, ça m’a un petit peu refroidi.
Pétri de doutes, je ne savais plus vraiment si c’était une bonne idée.
Je me suis alors renseigné sur les tricycles non carénés : un petit côté karting rassurant. Hors, les performances, comparées aux vélos couchés et vélomobiles m’ont refroidies également. J’aurais été bien en dessous de la vitesse moyenne atteinte avec mon vélo de course et pour un prix de plus de 2000 euros…
Faudrait-il alors ajouter une assistance électrique ? Si on respecte la norme, on se traine… Ajouter sur le tricycle une assistance surdimensionnée ? Etre ainsi dans l’illégalité et investir une somme assez conséquence rien que pour l’assistance ? Le plaisir du vélo n’y aurait plus été…

C’est alors que, deuxième rencontre, je tombe sur les vidéos de Daweed et son optima stinger qui se balade en plein Niort… Il vogue d’une route à une autre, les redémarrages sont fluides, bref, il est en ville et tout va bien, rien de plus normal. Après, je vois les performances de Daweed (impressionnantes) combinées à ce vélo (très intéressantes). Ce qui m’a alors marqué le plus, c’est l’ajout du coffre aérodynamique qui lui font constater des gains de 5 à 7 km/h si mes souvenirs sont bons. Je me dis alors que si j’arrive à faire du 28 km/h de moyenne en vélo de course avec peu d’entraînement, je peux bien les faire en vélo couché. Et en ajoutant le coffre, j’atteindrai, je l’espère, mes 35 km/h de moyenne…

Ca y est, la décision était prise, je restais sur du deux roues avec un modèle plutôt cyclosportif et un coffre me rendant plus visible et plus rapide. Il ne restait donc plus qu’à tomber sur l’objet tant recherché…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s