Premières sorties

On y est ! Ca y est, le pas est franchi !

Christian me vend également le coffre et l’appui tête mais je ne les ai pas tout de suite. On a décidé ensemble qu’un coffre noir, c’est beau, c’est design, mais pas très voyant. Il est donc en train de se débrouiller pour le faire flagguer et peindre. Affaire à suivre.

C’est donc le Jeudi 5 Janvier 2012 (date à graver dans le marbre) que je récupère le vélo couché en son plus simple habillage.
Ce qui n’est pas plus bête pour un débutant ! Comme on commence, on risque des chutes, et chuter avec le coffre, ça peut offrir des déconvenues (je touche du bois).

Première bonne nouvelle, l’optima stinger (sans le coffre), tient en l’état dans ma 106, il suffit de le passer la tête en avant et la roue à angle 90 degrés.

Je reviens à 22h chez moi, il est un peu tard, je ne gave pas ma femme avec ça, j’aurais plusieurs moments (mais je ronge mon frein) pour le tester pleinement. Je m’accorde juste le plaisir de le sortir de la voiture 😉

Sorties 1 et 2 : zones résidentielles

C’est à dire les vendredi 6 et samedi 6 Janvier 2012 entre 6h et 7h.
Pourquoi à ces heures indues ? Bien évidemment pour être plus tranquille ! J’avoue que j’apprends. Si c’est pour être observé par les badauds ou stressés par les voitures (mais ça viendra, c’est pas la peine).

Mes premières sorties se passent donc de nuit. Bien sûr, éclairage et signalisation obligatoire ! Phare avant, arrière, lampe frontale, fanion de fortune, bref, je veux être visible. Ca serait dommage de se faire écraser dès le début 😉

Je suis au bord d’une grande route avec peu de trafic. Je suis au carrefour. Je choisis au départ de profiter de la descente qui va vers un lotissement.

Premières hésitations

J’hésite plusieurs fois avant de démarrer et malgré la pente j’ai beau appuyer avec mon pied gauche, je louvoie dès les premiers mètres. Heureusement, en descendant, je prends de l’assurance.

Deuxième problème, les demi tours ! Houlala ! Qu’est ce que c’est que ça ??? J’ai du mal à tenir ma route et là, il faut faire demi tour pour me faire une côte en plus ? Et bien c’est simple, je tourne à petite vitesse, j’essaie de pédaler en tournant, mon pied rencontre la roue, je suis alors obligé de poser pied à terre. Je m’arrête sans encombre mais je viens de prendre conscience d’une première difficulté : le demi tour et l’interaction pédalier / roue.
Que cela ne tienne, je vais m’entraîner, je relance la “machine” avec mes deux pieds au sol, comme avec une draisienne et je m’attaque à la côte. Je m’y reprends à deux fois, mais je m’élance ! Je joue avec les pignons et très vite, il faut que je diminue le braquet : la côte n’est pas longue – une vingtaine de mètres – mais elle est abrupte.
Je la passe sans difficulté et là, de nouveau demi tour (raté).

Premiers automatismes

Bref, je vous passe maintenant les détails. Mais après une dizaine de demi tours, ça va mieux. J’ose alors traverser le carrefour avec un trafic d’une voiture toutes les dix minutes ;).
J’ose même remonter la grande route, tout fébrile. En plus c’est une côte, je dois donc bien m’appuyer contre le siège et je mouline. Je fais ça, une fois de plus ou deux et je repars dans des enchaînements de départ et arrêt pour m’affirmer au niveau de l’équilibre.

Sorties 3 et 4 : zones résidentielles avec mon fils

Elles se déroulent les matins du samedi et dimanche 7 Janvier 2012.

Mon fils a trois ans et demi et fait du vélo droit avec les petites roulettes sur les côtés.
Il est déjà assez autonome, sait garder sa route, connaît la gauche de sa droite et obéit aux ordres. C’est donc assez idéal.

Dans un premier temps on refait uniquement le circuit que je faisais seul de nuit. On enchaîne les demi tours et c’est assez marrant de se retrouver au même niveau du sol tous les deux. On est également au même niveau d’apprentissage ! En une demi heure, on fait des tours sur nous même comme des gosses, on se dépasse, on se rabat. Bref, tout se passe bien.
Je dirai même que je m’éclate plus qu’avec le VTC ou quand je courais à côté de lui car on a la tête au même niveau et le rétroviseur c’est top pour les papas anxieux d’avoir l’oeil partout 😉

Des fois il s’arrête au milieu de la route ou me coupe la route ! C’est parfait, ça m’entraîne pour les arrêts d’urgence.

Bilan : on s’est régalé tous les deux lors de ces sorties. C’est donc à refaire. Fini, je ne suivrai plus “bêtement” en marchant.

Sorties 5 et 6 : sur nationale

Bon autant le dire tout de suite, j’ai été déçu de mes performances.

Des performances personnelles minables

En gros, sur 20 km, j’ai tourné à 24 km/h. Alors qu’en vélo de course je suis facilement entre 28 et 30 km/h.
Deuxième déception, les côtes ! Aïe, là, on prend cher, on est scotché en arrière et surtout le guidon tremble et je louvoie, j’ai du mal à répartir l’effort.
Autre déception, le confort de la nuque, mais là, c’est normal, je n’ai pas d’appui-tête (pas encore).

Des efforts intenses

En plus d’avoir été minable, j’étais à fond (ou presque) tout le long ! En fait, j’ai été vite limité, je me suis rendu compte que je n’avais pas les jambes nécessaires, bref une chèvre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s