Et un coup de vélo droit !

Après ma petite excursion dans le Lauragais, je me suis dit que le vélo couché, j’en avais enfin assez bouffé pour l’instant !

Donc, pas de séance de rattrapage du soir comme les premiers temps, je me suis assagi (enfin ;)).

 

Les séances

Comme je ne veux pas encore attaquer ma séance de vélotaf de 120 kilomètres, je me suis dit qu’un petite séance de vélo droit c omme d’habitude ne me ferait pas de mal. Je suis donc parti d’Auterive jeudi matin pour 42 bornes. Ca reste assez grisant car l’aller sur ce parcours est assez rapide, j’ai dû tourner à plus de 29 à l’heure. On se sent léger et dans les côtes, on fonce et on a beaucoup de puissance.

Séance sympa donc, avec des conditions optimales. Par contre, malgré mon litre descendu, j’ai pas mal continué à boire, ce qui montre que j’ai un peu trop appuyé.

Le lendemain midi, un petit 2 fois 6 kilomètres pour aller voir un client et le retour à la maison le soir même : 50 kilomètres jusqu’à Cintegabelle. Le retour est plus dur – et puis c’est la fin de la semaine – mais la première heure, j’ai l’impression de survoler mon parcours. Mais la réalité me rattrape un peu vite et je fatigue. Je ne m’arrête pas en milieu de parcours pour me restaurer un peu avec quelques gâteaux et je le sens. Je fatigue donc les dix derniers kilomètres et je sens que je n’échapperai pas à la dégustation de gâteaux dans la voiture.

 

Les senstations et douleurs

En fait, j’en ressors mitigé de ces deux petites sorties. Oui, j’ai fait du 29 et 28 à l’heure pour l’aller et retour. Mais la fatigue est bien là, je suis vidé. J’ai certes un peu plus appuyé car grisé par la vitesse, je le reconnais. Je commence à bien comprendre les différences avec le vélo couché. En vélo droit, j’ai tendance à ne pas avoir de douleurs musculaires, par contre le cardio monte vite, je me dessèche donc plus et bien sûr, la position est inconfortable : maux de cou, mal au c** et tension dans les bras. En couché, moyenne inférieure mais j’aurais tendance à dire : “Pourquoi m’arrêter?”. Pour résumer, ce sont vraiment deux utilisations et deux feelings différents. On peut être frustré dans un cas comme dans l’autre mais comblé à d’autres niveaux dans les deux cas.

Pour moi, c’est assez difficile à dire, j’aime les deux mais j’ai hâte de reprendre une grande séance de couché parce qu’au final, je me repose avec ce vélo et avec des performances qui deviennent raisonnables 😉

J’aimerais donc, ce week end, me prévoir une petite séance de 60 kilomètres qui correspondra tout simplement à la première moitié de mon parcours vélotaf, juste pour comparer.

Allez, on se remet, et on repart !

Advertisements

2 thoughts on “Et un coup de vélo droit !

  1. oh, oui, c’est assez énorme, ça fait quand même 120 km dans la journée. En fait, j’utilise surtout le vélotaf pour éviter de partir tout en week end en vélo, ce qui déplairait à Madame 😉
    C’est donc surtout une bonne excuse pour moi.
    En plus, je me lasse vite des transports en commun et de la voiture. Pour moi la variété prime. La voiture tout le temps, même en covoiturant, ça m’ennuie. Le train, j’y lis, mais tout le temps, j’aurais le temps de faire que ça 😉
    Bref, je suis un homme difficile 🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s