Ca s’améliore !

Hier, vélotaf couché intégral !

C’est parti sur un coup de tête. Le vendredi je rechigne déjà pas mal à prendre le train le soir car la SNCF n’a toujours pas compris qu’il y avait plus de monde à cette période. Donc en général, on a moins de trains que d’habitude et plus de retard… En plus de ça, je n’ai pas très bien dormi et dès 6h, je tournais un peu dans tous les sens…

C’était le moment idéal pour partir intégralement en couché.

Pour résumer, 2h10 l’aller (57 km) contre 2h27 en février. 2h25 le retour et pareil en février.

Je pense avoir eu un peu de vent dans le dos sur l’aller mais surtout une meilleure maîtrise de l’engin. J’ai eu pourtant beaucoup plus d’embouteillages qu’en février. Ce qui me stressait d’ailleurs à l’époque, c’était le simple fait d’avoir trop de trafic et d’avoir à redémarrer dans les rond points : j’en ai eu pour mon argent ! Je me suis même autorisé quelques (prudentes) remontées de file.

J’ai été bien perçu sur la route et même plutôt encouragé 😉

L’aller était donc une sacré performance pour moi.

Le retour fut plus difficile à cause du trafic d’une part mais aussi à cause de la fatigue cumulée et de petites douleurs dans les genoux suite à la séance du matin. Bref, en étant fatigué et sans forcer sur les genoux et avec du vent dans la figure j’ai largement moins souffert qu’avec le vélo droit ! Avec le vent de face, je me retrouvais à 23km/h mais je ne forçais pas plus alors qu’en VD j’étais totalement vidé et obligé même de m’arrêter !

Voilà, donc 4h30 environ pour 5h auparavant, ça donne de l’espoir. Je sens par contre que je continue à manquer d’entraînement couché car je sens que les muscles autour des genoux sont plus sollicités.

Voici donc la conclusion d’hier:

  • Plus confiant sur le vélo (je tiens le guidon d’une main pour me dérouler les bras, je force moins dans les côtes, etc…) et dans le trafic donc plus de plaisir (ça ne doit pas devenir une hantise).
  • Plus rapide en moyenne car je commence à savoir quand me reposer et quand envoyer un peu plus et sur quels braquets
  • Moins fatigué que la toute première fois où j’avais eu des courbatures aux bras (crispé sur le guidon) et jambes (trop forcé dans les côtes)
  • Je serais capable de remettre une séance d’une trentaine de bornes dès aujourd’hui

Je vais donc continuer mes petits entraînements. Malgré le vent que j’ai rencontré sur mon parcours de 4h30, je suis sûr qu’en ayant une meilleure condition sur le long je pourrais viser les 4h15. Bon, pour les 4hpar contre, on verra plus tard 😉

 

Bon c’est juste ma femme et mes enfants qui ne comprennent pas pourquoi papa part plus tôt du travail mais arrive plus tard le soir 😉

“Papa, tu as été très long !”, me lance mon fils de quatre ans avec un gros air de reproche 🙂