Crevaison et piste cyclable

Vivement mes nouveaux pneus !
J’ai crevé mercredi dernier en partant du boulot (bilan train raté) et ce mardi en partant de Portet. Je pense que ça vient des pneus j’ai pris pourtant des lithion 2 comme d’hab mais est-ce que la promotion de 45 euros les 4 ne cachaient pas une mauvaise fournée ? Bizarre. En tout cas je crève toutes les deux semaines ce qui est totalement anormal. Il n’y a plus que le fond de jante après mais il est nickel et je n’ai pas d’impuretés…

Sinon ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Dans un rond point une camionette arrive un peu vite, je m’arrête. Ce qui oblige la voiture de derrière à s’arrêter. Je me fais simplement engueuler “il faut prendre la piste cyclable !”.
Bref je lui réponds qu’il n’a qu’à essayer de rouler sur une piste cyclable sans crever ce à quoi il m’a répondu “je m’en bats les couilles”.

J’aurais peut être dû lui préciser également qu’une piste cyclable n’est pas obligatoire 😉 Mais bon, je lui ai souhaité une bonne journée et suis rentré un peu énervé par l’énergumène 😉

Advertisements

Car reparations en série !

En plus du temps pourri, c’est l’année de la voiture !

Voiture familiale

On est partis en Ardèche mi-janvier. Démarrage de la voiture familiale que je ne prends jamais et j’entends un bruit assez répétitif. Je regarde ma femme d’un air avec un petit peu de reproche du genre “tu prends la voiture tous les jours et tu en l’as pas entendu ?”. Mais je n’insiste pas, elle n’a pas entendu, elle n’a pas entendu.

Bref, je lui annonce donc que nous allons faire 800 bornes avec possibilité d’une courroie qui peut péter, prenons le risque (oui c’est très con). Et ça passe (la chance du con).

Dans la semaine, ma femme se précipite chez le garagiste qui ne la laisse pas partir avec la bagnole. En fait, la courroie de distribution avait été changée l’année dernière mais pas le kit intégral. En gros, des “poulies” (je ne connais pas le terme de voiture, mais ça revient à un pignon ;)) étaient endommagées. Bref, la bagatelle de 560 euros.

Bon allez, pourquoi pas, c’est la voiture familiale, alors on fait des efforts. Moi n’usant que très peu la 06 depuis ces deux dernières années…

Ma 106

Et voilà t’y pas que la semaine suivante (si, si), je prends exceptionnellement la 106 pour m’avancer à Auterive, à deux gares de chez moi, pour les fameux lundi de grève de la SNCF. Oui vous avez bien lu, c’est un concept de grève récurrent qui fait chier tout le monde pendant 9 mois, mais passons.

Arrivé à la gare, j’entends un bruit un peu comme la courroie… Génial !!

Le soir, je reviens, je n’entends rien au démarrage. C’est à la fin du parcours que j’ai de nouveau ce bruit. Je décide donc de ne plus prendre la voiture de la semaine (ce qui est à peu près ma semaine type malgré le mauvais temps de ces dernières semaines).

Samedi, je prends le parti d’aller voir le garagiste de mon village (très sympa au passage) et je lui laisse la voiture.

Lundi, bilan:

  • 150 000 km et courroie jamais faite !
  • bougies mortes
  • pompe à eau à remplacer
  • un injecteur (le fameux bruit)

En plus de ça, j’avais la gâche de la portière gauche à changer (récupérée de la casse).

Il m’a donc fait tout ça pour 800 euros, c’est pas si mal, je suis presque heureux. Comme mon rétro gauche est également mort (et tient uniquement avec du scotch) ma femme va la ramener pour qui nous le pose.

Ca faisait aussi trois ans que j’avais cette voiture sans vraiment y faire de réparation donc je m’estime assez chanceux…

Conclusion

Ca nous fait quand même un mois à presque 1500 euros. On est sensé repartir pour longtemps. D’autant plus que ma 106 en ce début d’année elle est à 149 000 bornes et avec tout ce que je fais en vélo je ne pense pas faire plus de 3000 bornes dans l’année. A voir car je la prête quand même à ma femme pour qu’elle donne ses cours quand j’ai besoin de la voiture familiale avec tous les sièges auto pour enfants (ça évite les déménagements).

Pirouette !

Cacahouète !

Bon ben génial, après quelques cassages de gueule à cause du verglas un certain jour assez froid, me voici à faire un beau soleil pour cause d’évitement de camion.
Dans un rond point, qui plus est mouillé, un camion déboîte sans hésitation alors que j’étais engagé depuis dix bons mètres (et bien visible). Bien évidemment, plutôt que de m’encastrer, j’ai préféré freiner en urgence, donc perte de contrôle et soleil 😉 Je m’en tire avec quelques égratignures et un bon bleu à surveiller sur la cuisse gauche.

En tout cas, merci le casque car j’ai senti un choc très bien amorti sur l’arrière du crâne.
Je tiens également à remercier le camion qui ne s’est pas arrêté et a continué son chemin 🙂 ! Un camion suivant s’est quand même enquis de mon état, il ne faut donc pas généraliser sur les camionneurs 🙂

Rien de grave mais que d’aventures !

C’est reparti pour un an !

Enfin, j’espère ! On sait ce qu’on a fait mais jamais ce qu’on fera (c’est beau, on dirait de la philosophie).

Nouvelles roues

En prévision de cette nouvelle saison et surtout pour me faire plaisir j’ai donc acheté de nouvelles roues pour mon vélo de route (Bianchi alu). Il faut dire que les roues de vélo 2012 se retrouvent pas mal soldées (ainsi que les vélos globalement d’ailleurs).

Mes roues Mavic Classics Pro étaient un peu usées, d’un vieux modèle (2005 ?) et surtout la roue arrière avait du jeu dans le moyeu. Alors que j’étais en train de prévoir d’acheter des Mavic Aksium S à 180 euros je suis tombé grâce à troc-velo sur des annonces de Mavic Cosmic Elite à 260 euros ! Merci monsieur le vélociste Velonews64, colis reçu en deux jours seulement après la commande passée le lendemain du jour de l’an.

Ca fait quand même un budget conséquent pour des roues mais il faut reconnaître que ça permet quasiment de changer de vélo pour environ 300 euros (cassette et chaîne comprise) et on part quand même sur la gamme au dessus car ces roues valent normalement 400 euros.

Voilà, c’est donc fait. C’est également monté et j’ai testé sur 5 km. Très peu pour se faire une idée d’autant plus que j’avais du vent de face puis de dos sur le retour. Mais bonnes impressions. On verra donc sur mes parcours de tous les jours et en particulier le parcours de retour de 58 km, record à battre 1h56…

Santé/forme

Sinon, côté santé, j’ai eu un bon coup de fatigue en cette fin d’année. La coupure d’une semaine et demie m’a fait du bien. Je suis reparti en douceur également sans que cette sensation de fatigue s’en aille vraiment mais maintenant ça a l’air bon je me traîne moins. J’apprends en fait à me mettre en mode “hiver”. Je roule moins vite, je bois plus régulièrement, je prends pas mal de sucres et collations diverses. Je suis donc en mode pépère avec fatigue minimale. Le but étant d’arriver en Avril s’en être fatigué pour partir encore plus fort.

Je me donne donc un mois de janvier en sous-régime avec quelques accélérations (ne parlons pas vraiment de fractionné). Je ne fais plus de footings également. Nous verrons donc en Février.

Bilan 2012

Sinon, c’est également l’heure des bilans de l’année 2012.

Côté voiture, je l’ai donc beaucoup moins prise car depuis Avril 2012 j’utilise principalement le vélo et le train. Je pense avoir fait moins de 3000 km en voiture mais difficile à évaluer car je n’avais pas noté le kilométrage ne pensant pas faire autant de vélo 🙂 En ce début d’année, je suis à 149 000 km avec la 106. Nous verrons bien le total à la fin de l’année. Attention, ça commence mal car la SNCF a annoncé une grève tous les lundis pendant 6 mois (oui, c’est possible avec la SNCF, on peut prolonger le plaisir). Mais dans le cas extrême du service minimum j’arrive à ne prendre la voiture que 60 km et faire mes 60 km restants en vélo. Je fais donc moitié/moitié.

Coté vélo, j’ai tous les chiffres 🙂

  • 8200 km de vélo de course (principalement avec le Bianchi).
  • 1500 km de vélo couché (Optima Stinger)

Ca me fait donc pratiquement 10 000 bornes, c’est pas mal pour un débutant.

stats 2012

stats 2012

Résolutions de cette année : continuer sans se fatiguer et sans se blesser, c’est déjà un beau programme. Il faut donc avoir la sagesse de savoir prendre la voiture quand c’est vraiment utile pour soi. Très intéressant cette démarche, la voiture devient maintenant une roue de secours plutôt que le contraire avec le vélo.

VC, VD et course à pied

Eh oui, bonne nouvelle ! Si je ne vais pas beaucoup plus vite en vélotaf, je fatigue moins pour la même vitesse. Donc depuis Septembre (à peu près), je me remets à faire 2 footings maximum par semaine d’environ 45 minutes.

Ca commence à faire de belles séances dans la semaine : 2h X 5 de VD, 1h de VC, 1h30 de course à pied.

Le grand avantage de ma “diversification” fait que j’ai les jambes moins raides et que je me sens plus efficace en VC (je pense que le running renforce des muscles assez utiles pour le VC, mais c’est une impression personnelle).

Grosse exception ces deux dernières semaines : je n’ai pas couru. En effet, suite à grève des trains récurrente (préparation des vacances de Noël en avance chez la SNCF?), j’ai dû monter mes séances de vélo en particulier le lundi et le vendredi. J’ai donc, après grosse fatigue, arrêté mes séances running. Il faut dire que la plupart du temps je suis obligé de me taper entre 3 et 4 heures de vélo ces jours de grève. Je m’avance un peu en voiture parfois, mais la tentation du vélo est trop forte !

Bref, le grand plaisir que j’ai, c’est que j’enchaîne les séances avec une fatigue maîtrisée alors que quelques mois auparavant c’était un exploit.

Le grand regret, c’est que je fais très peu de VC (mon modèle Stinger étant trop lent ou moi n’étant pas performant). Mais le plaisir est retrouvé quand je pars en balade avec mes enfants.

On verra pour les beaux jours. Là, je prépare l’hiver et son lot de pluie. Quand il neigera, je prendrai train et voiture malheureusement…

Deux mois de vélo vélotaf !

Ca y’est, j’arrive à deux mois de vélotaf déjà. Neuf mois de pratique de vélo de course et ces deux derniers mois je suis passé à quasiment 1000 km par mois. Ca commence à chiffrer !
Je n’ai pris la voiture que deux fois et seulement pour aller à la gare pour prendre mon train. Bref, 40 km en deux mois, ça fait pas lourd !
Là, je n’ai que deux idées en tête : améliorer mes performances et passer en vélo couché de temps en temps (donc doubler mon trajet actuel car je fais du vélotraintaf en VD).

Sur mon Stinger, je me traîne toujours un peu, mais j’arrive quand même à 650 km de pratique. Je vais essayer avec les beaux jours de me faire mes 120 km de trajet une fois toutes les deux semaines avec ce beau temps. Même si je bats quelques records en vélo couché (27 km/h de moyenne), ça reste encore bien timide et moins grisant que mon dernier vélo droit : 35 km/h de moyenne assez régulièrement et parfois 39 avec le vent. J’ai même fait un retour en VD à 47 km/h en vitesse de croisière avec bien sûr un vent de fou dans le dos. Des pointes à 52 km/h. En VC, le vent me pousse moins que ce soit dans un sens ou dans un autre 😉

A 2000 bornes de Stinger, je me poserai la question du changement de monture. Prochain bébé, un metabike metaphysic peut être en kit cadre. Car vus les retours d’expériences, ça fait envie. Et je reste sur de l’équipement de vélo de course. En plus de ça, y a un revendeur en Andorre, donc à deux heures de chez moi, c’est tentant pour 1200 euros le kit cadre. Je serais dans mes frais en revendant le Stinger…

Allez, on arrête de fantasmer et on se remet à pédaler !

Velo forever!

Changement de programme !

 

J’avais tendance à prendre le vélo couché pour le week end et le vélo droit pour me faire des petites sorties en semaine.

Dans le cas du vélo de course, je me retrouvais souvent à faire 2 X 50 km dans la semaine pour finalement n’y gagner que l’entraînement et sans se priver vraiment de train ou voiture…

Suite à voiture familiale partie directement à la casse (adieu Logan) – casse uniquement matérielle – j’ai donc laissé ma 106 à ma femme… pendant deux semaines. Et même depuis qu’on a une nouvelle Logan (ah ces roumaines), eh bien, ça fait trois semaines que je tourne à 50km de vélo par jour et 50 km de train. Exit l’utilisation de la bagnole.

Bon bien sûr, je ne tiendrai pas toute l’année car faire la même chose toute la semaine a le don de m’ennuyer profondément. Mais bon, suite à mon petit entraînement cycliste pépère, j’ai donc pu enquiller cette situation pendant trois semaines. C’est plutôt rassurant.

En plus, j’ai trouvé la bidouille d’éviter la grande ville rose en m’arrêtant un arrêt avant et j’y gagne. Dix minutes de circulation et feux en moins pour un kilométrage pourtant supérieur !

Bref, en moins d’un an, faire 50 km par jour, c’est possible à tout lambda comme moi. J’ai donc un peu remisé le vélo couché car je dors plus en semaine et mange plus également. Par dessus tout, on a eu un temps pourri donc pas de vélo couché depuis deux semaines, ça me manque. On va voir ce week end !

 

Il faut que le métier rentre !

Petit état des lieux avec mon Optima Stinger. J’arrive aux 500 kms de pratique.

Sensations

Je suis toujours de plus en plus à l’aise dessus. En particulier dans les demi tours et dans les redémarrages. Pour ce qui est des redémarrages en côté, j’avoue les réussir une fois sur deux et la deuxième est souvent la bonne.

Vitesse

Pratique du vélo de course oblige, je compare beaucoup. Après seulement quelques 500 kms en vélo couché, je pense être un poil plus rapide notamment parce que j’ai des relances plus sûres et nerveuses.

Pour information, j’arrive sur du plat à tenir entre 30 et 32 en vitesse de croisière. Pour le vélo de course, j’aurais plutôt tendance à être autour de 35.

J’arrive sur une trentaine de kilomètres à atteindre une moyenne de 26 km/h en poussant un peu. Donc je reste relativement détendu et avec de la réserve alors que trois mois auparavant, à fond, j’étais à peine à 25 km/h.

Petits stress

J’avoue que pour mon trajet de 60 km de vélotaf j’ai toujours un peu d’appréhension. Je ne l’ai fait pour l’instant qu’une fois en période de vacances mais les quelques ronds points, embouteillages ou démarrages en côte me paraissent toujours difficiles par rapport au vélo droit.

Mais c’est une limite psychologique et un manque d’habitude qui devraient s’estomper avec la pratigue.

En attendant le couché…

… je continue le vélo de course 😉 Pour moi, ces deux types de vélo ont un grand point commun : l’entraînement ! Pour être à l’aise, aller plus vite et plus loin… il faut pratiquer !!

Là, j’ai trouvé une bonne petite formule pour ne plus prendre du tout la voiture pour aller travailler. Je fais dans cet ordre: vélo / train / vélo pour un aller de 26 km.  C’est un peu chiant de mettre le vélo dans le train et de faire 16 km de ville (perte de temps aux feux car c’est quand même le centre de Toulouse) mais au final, je me dispense totalement de la bagnole.

Donc pour l’instant, mon vélo couché ne fait que quelques dizaines de kilomètres par semaine mais c’est déjà ça, je ne lâche pas l’affaire.

Chiffres vélotaf

Voici quelques semaines qui sont assez représentatives d’une année de travail.

Utilisation du train, du vélo droit, couché, de la voiture, etc…

Philosophie de mes moyens de transport

  • L’idéal à moindre effort serait de prendre le train tous les jours mais comme j’ai deux trains à prendre:
    • le moindre retard me fait rater mes correspondances. Je peux alors arriver très en retard.
    • des trains sont supprimés et je suis alors obligé de prendre ma voiture !
  • J’aime varier les transports. Tout le temps le même transport m’ennuie et je rentre dans une routine mauvaise pour mon moral.
  • Le train me permet de lire.
  • Le vélo me permet de faire du sport.
  • Le sport que je fais en vélo sur mon trajet boulot, c’est autant de temps gagné pour le week end ou pour la pause repas.
  • Le vélo en ville me fait gagner les 20 km de voiture mais je suis obligé de faire 32 km pour faire Saint Agne/Colomiers (pas de train à cette heure).
  • Pour l’instant, l’inconvénient avec le vélo couché c’est que je ne vais pas vite. Je suis donc obligé de partir plus tôt et de revenir plus tard.

Les semaines passent…

… et je ne roule pas beaucoup en couché ! La principale raison, c’est que je suis encore assez lent !

Mais bon, je me sens de plus en plus à l’aise pour les redémarrages comme pour le pédalage. Les muscles commencent à venir.

Comme discuté avec d’autres vélocouchistes dont Guilhem avec son vélomobile, il apparaît qu’en vélo couché on est vite limité par les jambes plutôt que par le souffle : je confirme ! J’arrive très vite à sentir de l’acide lactique dans mes jambes alors que je roule toujours autour des 25 km/h. Pour passer les 30 km/h c’est quasiment un effort surhumain !

 

Mes deux machines de guerre côte à côte

Sur mon vélo droit, je tourne presque à 30 km/h (record 29,7) de moyenne mais sur des distances plutôt comprises entre 40 et 50 km avec des conditions idéales voire avec vent dans le dos (donc moins de fatigue).

Mes conclusions personnelles pour un débutant en vélo couché :

  • Vélo droit : reprises dynamiques, avantages en côtes, moyennes élevées sur quelques dizaines de kilomètres. Mais attention au vent et à la fatigue suite à l’effort. Le vélo droit me vide littéralement et me pète le dos et le cul.
  • Vélo couché : confort incomparable. Lent mais je pense que ça va s’améliorer. Par contre, cette petite moyenne est autant valable sur 60 que 120 km. Donc au final, je ferais les mêmes temps en vélo droit mais complètement défoncé !